Portray : A long road from Austria to Paris.

Location: Ternes station, on line 2. Date and time: February, 12.30 PM. Outside temperature: 8°C.
The cold wind sweeps into the corridors of the station. Women in fur coats, their husbands in velvet jackets, all carrying food bags. At the bottom of the stairs that lead to posh Place des Ternes, Mirko has established his spot to beg for money, food and cigarettes. His dog, white Tara, sits by his side, rolling on her back like every happy dog would. Mirko is in his late twenties, quite handsome with his three-day growth, wearing khaki army coat and pants, and used boots.

He arrived from Austria four years ago when he decided to escape his family. He reveals that the problems he had with his father pressed him to leave. “I was tired of being my dad’s victim”, he feelingly admits.
With a couple of friends, he headed to Paris with no real idea of what they would do or where they would stay. After several months of couch-sleeping at some friends’, Mirko decided to take charge of his life by his own. “It was a nice experience to change apartments every week or so, but then I felt like I was disturbing my hosts”, he explains.
He then moved into a squat he had heard of through other vagabonds’ stories. Since then, he has been living there, “somewhere authorities still haven’t found” he jokes, and has met a lot of his current friends. When he wakes up every morning, Mirko does not have any difficulty to get ready for his day of begging. “My dog is with me, some friends often stop by the station where I am, even if some days seem longer than others, I am ok”, he confides.

But he also confesses that begging in this part of the 17th arrondissement can sometimes be disheartening. “Here people have money, look at them! Sometimes I feel they are scared of me and Tara!” In the baseball hat he uses for collecting money, there are only a couple of one-euro coins and some cents. “Young people, and more often girls, are less reluctant and give more easily” he describes. By his side, there is also a paper bag with a sandwich and a can of soda someone gave him earlier that day.
“Look, I have enough to eat for tonight, I have some money to buy Tara something too and my pack of cigarettes is still full, what could I complain about?!”

When he left Austria to discover France, Mirko was probably not expecting the situation he is in today. But no matter what, whatever the look residents of the area give at him and Tara, he is “not alcoholic, not stupid and [he is] convinced that getting out of this mess is still possible for [him]”. A lovely note of hope.

Feature : Sales are on !

Usually, December is the month when I wear my brand new coat for the first time. But what happened to the traditional winter under-zero temperatures? Where is the snow? When will I be able to use my scarf and gloves? This winter has been one of the hottest we have ever been through. So far, experts have been wondering about climatic changes. Since last Wednesday, French people have discovered the good side of higher temperatures.

8 o’clock that Wednesday. The sales are to begin. Massive crowds have already gathered before the department stores’ windows, waiting for the guard to open them. Comfortable snickers and a back-pack, this is the basic outfit of a professional shopper. The aim is to be mobile, stealthy, light, and able to wander from one department to another.
You would be right to ask me the connection with climatic changes. Well, let me make my point. Hot winter means no need for wool-made coats, turtleneck sweaters and velvet pants. So, stores have to get rid of their winter collection items. I can hear women be jubilant when they finally understand where I was going to, talking about temperatures and sales. Yes, stores have to sell off their winter clothing before they put up for sale the summer collection. That is why French stores placard sales up to 80% discount!!

As I am both French and a woman, I decided that it was legitimate for me to try my luck in the largest Parisian stores. So here I am, choosing the best shoes, checking my wallet for my credit card and calling some friends to get some company. Indeed, sometimes, having a friend with you to shop can be a very good idea. It enables you to create an effect of mass and impress your fellow shoppers. And if this friend is a very close friend of yours, you can even share a fitting room to gain time.
Enough talking now. It is time to go shopping and make great deals!! I decided to move towards the greatest department stores area, Saint-Lazare.
When in the subway, I realised I had been pre-empted by many people. Shopaholics are aware that the perfect items, the right shoe size, the always-wanted but too expensive pair of jeans are only available for a very short period of time. So the sooner, the better, that’s my motto.
What I like in the subway, when you are on your way to the stores, is that look people give to the others carrying big shopping bags. In that look, you can read “what did you buy? Where? How much?” and you start to get anxious. Will I make a good deal? There is one thing you can be sure about when shopping during the sales: you’ll never get back home with empty hands.
Once outside the subway, I am overwhelmed by a wave of shoppers in a rush, slaloming one another. The sales are displayed in every window, announcing discounts from 40 to 80%, flashing colours call for tempted people to come in. I don’t know where to start; I am confused by so many places to go, so many clothes to try on and compare with each other before I make my choice.

Some novices believe that the caricatured image of women wrestling for a skirt with a 50% discount is a myth. It is not, let me tell you about that. I was still hesitating about an elegant black coat I had previously noticed in a store. But there was only one left and, as luck would have it, it was my size. So I decided to try it on and think about the purchase while keeping on shopping. Sales professionals would notice that this is the best idea when you find something of your size. Keep it as long as you shop and THEN think about buying it. I hardly put it on my shoulders than I located another interested young girl. She followed me as I was wandering from a department to another. When I looked at her, she acted like she was not following me by interest. But I knew what she was doing. She was simply waiting for me to give the coat up so that she could take it.
Same for the shoes. Some women would be ready to take one of your own used shoes in hostage if you dared picking up the last brown-size 6 boots they were looking for.
After a long and hard day of shopping, I decided it was time to go home. I know, you’re wondering if I got home with empty hands or with a large bunch of bags. Well, I guess you know my answer.

Une réussite contrastée.

Une bulle de modernisme et d’activité est en train d’émerger dans le XIIIème arrondissement de Paris. Entre la Seine et la Rue du Chevaleret, l’opération Paris Rive Gauche a commencé depuis 1991. Malgré l’empressement du Premier Ministre Dominique de Villepin d’inaugurer et de graver son nom à l’entrée de la nouvelle université Paris VII-Diderot, la construction du site est encore loin d’être achevée.

Descente prévue à la station « Bibliothèque François Mitterrand ». Escaliers de bois, boutique de bonbons, troquets, la gare bénéficie d’un volume exceptionnel. Cependant, les kiosques métalliques contenant les éditions quotidiennes du gratuit 20 Minutes sont plein à craquer. Le transit est-il trop rapide ou les voyageurs encore rares pour qu’on ne se les arrache pas comme partout ailleurs ?
Pourtant, cette station est vouée à un bel avenir grâce à la construction progressive du nouveau « Quartier Latin de l’est parisien ». Depuis plus de quinze ans, bulldozers et camions-bennes ont investi cette partie du XIIIème arrondissement, autrefois sombrement décorée d’anciens entrepôts industriels en ruine. A l’angle des rues Marguerite Duras et Françoise Dolto, on pourrait presque croire à un chantier destiné à devenir une plage. Il n’y a encore que du sable et la pluie a creusé un semblant de lac artificiel. Tout autour, de nouveaux bâtiments aux allures d’une Défense miniaturisée et un concert de marteaux-piqueurs.

Le quartier est loin d’être terminé mais il semblerait qu’une nouvelle vie soit en train de s’y développer. Il y a deux ans, le Ministère de la Jeunesse et des Sports a profité d’une fin de bail pour déplacer ses locaux du XVème arrondissement vers la nouvelle Rive Gauche. Aujourd’hui, près de 600 fonctionnaires y travaillent et observent l’évolution des travaux. « Lorsque nous sommes arrivés, le quartier n’était pas encore très vivant mais de nombreux commerces investissent les lieux et la vie se développe », admet Isabelle Mai, réceptionniste au Ministère. Il est vrai qu’entre la nouvelle université et la Rue du Chevaleret, le paysage est encore un peu vide. Les commerçants et les employés du quartier gardent cependant bon espoir et parient sur l’ouverture de la faculté, prévue entre 2009 et 2010, pour animer les grandes avenues. « Les étudiants mettront certainement de la vie et on oubliera les débuts difficiles » ajoute Isabelle.

Malgré son enthousiasme quant à « l’harmonie architecturale » et « la modernité du quartier », Isabelle Mai soulève quelques points négatifs qui se sont imposés au fil des constructions. Son principal grief concerne l’Avenue de France, « une véritable autoroute ». En effet, elle a beau être flambant neuve, cette artère a aussi de nombreux défauts. Certes, les cyclistes y sont saufs et peuvent pédaler le long de la Seine en toute sécurité. On retrouve également l’empreinte du Maire de Paris Bertrand Delanoë qui souhaite favoriser les transports en commun. Les vélos bénéficient de quatre voies de circulation et les bus de deux allées centrales. Mais pour les rares automobilistes qui s’aventurent déjà sur cette longue impasse, rien n’a été pensé. « Il est impossible de se garer devant un quelconque bâtiment pour y déposer une livraison ou un passager » s’insurge Isabelle. Elle-même handicapée, elle reproche à la municipalité d’avoir voulu créer un quartier neuf et moderne mais de ne pas avoir pris en compte de nombreux paramètres.

Bientôt, 30 000 étudiants, 15 000 habitants et plus de 50 000 salariés investiront les lieux. L’opération Paris Rive Gauche est la plus importante opération d’urbanisme depuis la construction du Front de Seine. Seul le temps révèlera si les investissements considérables qui ont été faits jusqu’à aujourd’hui auront réussi à redonner vie à cet ancien quartier industriel.

Interview : "Etre actif et avoir un esprit critique, cela évite les dérives sur Internet"

Derek Roth, plus connu sous le pseudo DinoFly par les adeptes d'internet, est rédacteur et correcteur sur un site web permettant de retrouver, sur ordinateur, les meilleurs jeux auparavant proposés sur consoles de salon. Il nous parle des dérives d'Internet et des moyens de s'en protéger.

Marine Quideau : Peut-on croire tout ce qui est propagé sur Internet ?
Derek Roth : Savoir si l'information donnée par un site web est fiable n'est jamais facile. Même un site dit "sérieux" peut diffuser des informations erronées. Il existe un phénomène récurrent très drôle à observer un 1er avril. A cette date, beaucoup de sites d'actualités diffusent un article entièrement faux sur un ton humoristique et le noient dans un flot d'informations sérieuses. Tout lecteur averti se rendra rapidement compte de la supercherie mais il arrive que d'autres sites utilisent cette fausse info la pensant avérée. Et là, des internautes peuvent tomber dans le piège.

Le phénomène Wikipedia pose également le problème de la véracité des informations diffusées. En effet, Wikipedia étant un site communautaire, tout internaute peut ajouter sa contribution à la rédaction d'un article ou corriger un texte déjà en ligne. On peut donc se demander comment fiabiliser une information que tout le monde peut changer. Il semblerait que cela fonctionne malgré tout. Certains articles proposés par l'encyclopédie communautaire comportent évidemment des erreurs mais une étude comparative avec une encyclopédie "classique" a montré que la quantité d'erreurs entre les deux sources était identique. Wikipedia a même l'avantage de pouvoir être corrigé par les lecteurs.

MQ : Comment être plus sûr des informations trouvées sur le web ?
DR : Il peut être très utile d'étendre ses recherches sur des sites étrangers lorsque l'on veut confirmer une information. Comparer la vision de sites américains, anglais ou français sur la guerre en Irak, par exemple, donne un bon aperçu de la pluralité de l'information sur Internet.
De plus, la fréquentation régulière d'internet permet de s'habituer à ce nouveau media. En surfant sur le web, il ne faut pas oublier d'être actif, d'avoir un esprit critique et ne pas s'arrêter de chercher lorsqu'on pense avoir trouvé. Sans cet esprit critique, on risque de se contenter du premier site abusant de sa liberté d'expression et ainsi de croire ce qu'on veut nous faire croire.
Attention, donc, de bien choisir ses lectures, tout comme on choisit un journal. Il faut en lire plusieurs avant de savoir celui qui nous convient le mieux.

MQ : Peut-on tout diffuser sur Internet ?
DR : Légalement, on ne peut pas, non. En gros, tout ce qu'il est interdit de dire au quotidien (incitation à la haine, propos racistes, réflexions négationnistes, pour ne citer qu'eux) l'est également sur la Toile.
En pratique, bon nombre d'internautes se permettent de tout dire en pensant être anonymes mais, fort heureusement, leurs messages sont généralement effacés rapidement par les responsables des forums car ceux-ci en sont légalement responsables depuis la ratification de la Loi sur la Confiance en l'Economie Numérique (voté par le Conseil Constitutionnel le 10 juin 2004 clarifiant le droit applicable aux services internet, NDLR).
Dans de nombreux pays, comme la France, il est très facile pour les autorités de fermer un site hébergeant un contenu illégal et d'en inculper les gérants. En revanche, dans le cas de certains pays, c'est quasiment impossible.
Aussi, la liberté d'expression ne plait-elle pas à tout le monde. Le gouvernement chinois, par exemple (la Chine étant le pays respectant le moins les libertés individuelles, NDLR) a bloqué l'encyclopédie Wikipedia à tous les internautes chinois. Pour les Chinois, cependant, Internet reste l'un des medias les plus fiables car il n'est pas sujet à un contrôle aussi restreint que la presse écrite, pour ne citer qu'elle.

MQ : Internet est-il en effet un media plus fiable que la télévision ou la presse écrite, par exemple ?
Selon moi, lorsque l'on est habitué à surfer sur Internet, on y trouve des informations plus fiables qu'à la télévision. J'ai souvent remarqué en regardant le journal télévisé que dans de nombreux reportages, les journalistes n'avaient pas vraiment vérifié les informations qu'ils diffusaient ou, en tout cas, qu'ils ne maitrisaient pas vraiment bien le sujet. TF1, Libération ou encore France 2 ont déjà prouvé qu’elles ne vérifiaient pas toujours leurs sources.
La différence sur Internet c'est la communauté d'utilisateurs. Aujourd'hui, la plupart des grands sites offrent la possibilité aux visiteurs de s'exprimer librement sur des articles publiés. Un article rempli d'approximations ou d'erreurs sera très vite repéré et corrigé.

The most exported Parisian souvenir.

« It’s not too late ». This is what tourists have been reading on the rust-coloured framework of the Parisian Lady for a few days. Some don’t even care, some are a bit disappointed to discover the Eiffel Tower blighted with political messages. A young man, standing right in the middle of the four-foot monument, his eyes revealing some kind of admiration, seems angry: “This is an historical monument, why do they need to use it as a billboard for some campaign?” he deplores.

Well, that does not seem to harm the iron mastodon. Indeed, in 2006, the Eiffel Tower beat an historical record with more than six million seven hundred thousand visitors. With the Seine River as a neighbour, the 324-meter-tall tower remains one of the reasons people visit Paris. “I have been in Paris since yesterday” relates this Spanish mother of two,”and here I am, queuing for a ticket”. They are, indeed, hundreds waiting in line to get their entry for the famous elevators of the Tower that will lift them up into the Parisian grey sky.

No matter what the weather is or how much this visit will cost them (11.50 euros to take the elevator up to the top), tourists, and even Parisians looking for some romantic spot for a first date, will inevitably climb it. The counter clerk, an embittered lady in her fifties, seems to be rather blasé. She hardly answers the questions asked by those waiting in line, windblown but impatient.

For those who thought they could have their annual amount of physical exercise, the disappointment is certain. Indeed, visitors can only climb by the stairs up to the first floor. Then, they will have to take the elevators to save themselves a 1665-step ascension. But anyway, the best spot is the second floor. Here, the Eiffel Tower offers a panoramic view on Paris and flashes sparkle all around. The salesman, in charge of the grocery store located on the same floor, is completely overwhelmed with buyers. “People are so proud to buy a souvenir they can eat! Like they have to get chocolate boxes from the Eiffel Tower because it is supposed to be the best in Paris?” . And he is right. Tourists have this look upon their faces; they know they will make a greater impression on their friends and families if they bring some candies from the Tower.

Even though the Eiffel Tower is surprisingly not the most visited monument in Paris, it remains the place to be and be seen when visiting the French capital. When walking under the Eiffel Tower, you may well appear on thousands of photos sent across the world!

Sauvez les bébés !

Un vrai dimanche d’hiver, ce dimanche 21 janvier 2007. Certes, les températures se sont adoucies, surprenant les Parisiens habitués à quelques degrés de plus, mais les rues de la capitale sont animées. Les badauds se pressent dans les boutiques du Marais, profitant des premiers jours de soldes. Le square de la Place des Vosges est investi par des jeunes couples amoureux, des parents fatigués qui trouvent un moment de répis pendant que les enfants jouent, quelques octogénaires cherchant refuge dans les salons de thé environnants.

Pourtant, Place de la République, c’est un autre dimanche qui s’organise. Un dimanche de militantisme. Un dimanche de bataille, presque. Au loin, on distingue de larges pancartes. On y lit des mots forts, un peu trop pour un dimanche. « Vie », « Respect », « Droit ». Et enfin, masquant presque ce beau soleil hivernal, une banderole colorée se soulève et affiche le mot d’ordre du rassemblement, « Avortement ».

Ce sont des collectifs de lutte contre l’avortement qui ont investi l’immense place où trône le visage de la République. Une voix crillarde s’échappe d’un mégaphone, assénant des messages parfois violents à la foule. « En 30 ans, ce sont 7 millions d’enfants que l’avortement a tués ». Le voilà, le message, la voix étant illustrée de photos en grand format dénonçant les procédures d’interruption volontaire de grossesse.

D’après la rumeur qui monte depuis les manifestants, les organisateurs attendent quinze mille personnes. En réalité, à une heure du début de la marche, ils ne sont que quelques centaines. Malgré leur faible nombre, ces militants semblent confiants, déterminés et certains de la valeur de leur combat. Là encore, des discours forts se dégagent du brouhaha de la rue. « Nos élus devront répondre à cette horreur qu’est l’avortement », déclare cette sexagénaire. Manteau de vison, collier de perles blanches, presque une caricature de la population qu’on peut attendre à un tel rassemblement. Les caméras de France 2 sont présentes ; l’un des organisateurs en est tout émoustillé. Il replace son col de chemise, passe la main sur son crâne un peu dégarni et semble prêt à délivrer l’interview de sa vie.

En longeant les trottoirs de la place, on se rend compte que la manifestation n’interpelle pas la foule. Chacun semble vaquer à ses occupations dominicales sans vraiment se préoccuper de la marche qui se prépare. Un groupe de jeunes, à la sortie du fast-food, se moque même de l’allure générale des manifestants. « On se croirait à la sortie de la messe », ricane celui-ci. Allant plus loin dans l’analyse, son ami ajoute avoir vu un « quinqua en costume de chasse » et se demande « où sont le cheval et les chiens. »

Finalement, par un beau dimanche d’hiver, il n’était peut-être pas judicieux d’organiser une telle manifestation. Une balade à travers un Paris ensoleillé et vivant valait sûrement mieux.

Sous les feux des projecteurs.

« La Cible : accueil candidats et public ». Une maigre feuille A4 épinglée sur la porte de ce bâtiment préfabriqué indique le chemin vers les coulisses de l’enregistrement. Devant le Studio 207 de la Plaine Saint-Denis, futurs candidats et simples spectateurs échangent quelques anecdotes de télévision. « Non, ca n’est pas la première fois que je viens » répond ce quinquagénaire en jacquard à une jeune femme un peu stressée. Elle lui explique, quant à elle, que c’est sa première participation à un jeu télévisé.

A l’intérieur, câbles et écrans encombrent l’étroite entrée du bâtiment. Les candidats sont invités à descendre un escalier quelque peu glauque et sombre tandis que le public est emmené de l’autre côté. Dans la salle éclairée au néon où sont réunis les futurs joueurs, l’ambiance est un peu curieuse, à la fois tendue et bon enfant. De nombreux techniciens s’affairent autour de la vingtaine de candidats qui patientent. On leur indique alors une arrière-salle où les attendent boissons et biscuits. Et ces vingt candidats de se ruer vers l’antre sacrée où ils pourront désormais se nourrir et s’hydrater en attendant leur heure de gloire.

Aujourd’hui, c’est Michael, l’assistant de production, qui s’occupera des candidats. La trentaine, très apprêté, les cheveux soigneusement ébouriffés, Michael décrit alors le déroulement de l’enregistrement, du placement des joueurs au temps de parole de chacun. Comme de bons élèves, chacun écoute attentivement les consignes qui lui sont délivrées pour être sûr de réussir ce qui sera peut-être le seul passage à la télévision de toute une vie.
Ensuite, c’est l’étape « badge et fiche de renseignements ». C’est la cohue autour du bureau improvisé de Delphine. Chacun veut son badge nominatif. « Patrick ! », « Audrey ! »…tour à tour, les deux assistants épinglent les noms sur le torse fier des candidats.

Une fois chaque participant affublé de son badge orange vif, l’excitation retombe un peu pour laisser place, une nouvelle fois, à une certaine angoisse. Dans l’espoir de détendre les candidats, la production a jugé bon de placer un écran de télé dans la salle d’attente, permettant ainsi aux plus impatients d’observer l’enregistrement précédent et de jouer.

Et là, le présentateur, Olivier Minne annonce la fin de l’émission et un semblant de générique défile sur le petit écran de fortune. Chacun a compris que leur tour était venu.
D’un pas incertain, les candidats se dirigent vers le plateau. Ils sont alors équipés d’un micro et les techniciens leur indiquent l’emplacement qui leur est destiné. « Paul et Jérémy, vous jouerez en premier. Puis ca sera Dominique et Marie…. ». Chaque équipe connaît maintenant l’ordre de jeu, Olivier Minne revient sur le plateau, test de lumière, test de son, le public s’installe inconfortablement, tout le monde s’affaire sur le plateau jusqu’au silence total qui laissera place au générique. « Mesdames et Messieurs, bonjour et bienvenu sur le plateau de La Cible ! Voici nos candidats du jour : Paul et Jérémy, un père et son fils venus du Calvados…. »

Hugo Chavez : portrait d’un « caudillo » au Venezuela.

Dimanche 3 décembre 2006. Hugo Chavez n’attend même pas la fin du dépouillement des urnes pour prononcer un discours grandiloquent au peuple vénézuélien depuis le balcon du palais présidentiel Miraflores, à Caracas. Il proclame alors la « victoire de la révolution » avant de saluer son ami, le leader cubain Fidel Castro.

Hugo Chavez est entré dans la cour politique avec un coup d’Etat qu’il dirige lui-même en 1992. Ses promesses de réformes socio-économiques et sa ferme intention de mettre fin à la corruption qui ronge son pays séduisent les populations les plus démunies. En décembre 1998, il obtient plus de 56% des voix vénézuéliennes. Commence alors un véritable règne chaviste. Comme il l’avait annoncé, Hugo Chavez, soutenu par les déshérités et les forces de gauche, entame sa « révolution pacifique et démocratique ».

Dans son bureau, entouré des portraits des Libertadores Bolivar, Miranda et Sucre, le président Chavez prépare sa « révolution bolivarienne ». C’est ainsi qu’il décrit lui-même les transformations politiques, sociales et économiques qu’il souhaite instaurer dans son pays. A l’image de Simon Bolivar, vénéré en Amérique latine, Hugo Chavez œuvre pour voir son rêve d’une Amérique latine unie se réaliser.
Ce narcissique président rêve d’exercer une « influence planétaire ». A travers ses discours quasi messianiques, il diffuse sa conviction, celle d’être prédestiné à l’accomplissement de grandes choses, mû par un désir de célébrité. Hugo Chavez semble vouloir créer sa propre légende. En août 2005, il déclare qu’il lui incombe de « sauver la planète » et ne cesse de répéter que George W. Bush veut l’assassiner. Il se veut promoteur d’une alliance politique mais aussi militaire en Amérique latine, dans le cadre de « l’Axe du Bien », contrepoids de « l’Axe du Mal » américain.

Lors de sa première élection en 1998, les Etats-Unis ne voient rien d’inquiétant dans la rhétorique du nouveau président. Mais dés le début des années 2000, Chavez se rapproche du Lider Maximo, Fidel Castro, et ne cache plus son orientation à gauche. Il paraphrase même Lénine et sa célèbre formule, « l’impérialisme, stade suprême du capitalisme », et déclare : « Le capitalisme néolibéral est le stade suprême de la folie capitaliste ».
Orateur hors norme, il est devenu le meilleur télévangéliste de l’Amérique latine. Omniprésent dans les médias, omniscient, il possède même son propre programme dominical, Alo Presidente !, qui commence à l’heure de la messe. En prédicateur, il sermonne ses fidèles vêtus de rouge, couleur des chavistes, vénère le Che et s’insurge contre « El Diablo », George W. Bush.

Hugo Chavez fascine par sa double personnalité. Est-il un populiste de gauche, nostalgique des temps révolutionnaires qu’a déjà connus son pays ou bien un visionnaire charismatique, désireux d’une justice sociale oubliée au Venezuela ? Gabriel Garcia Marquez, le célèbre écrivain, confirme l’ambiguïté de ce personnage lorsqu’il déclare : « J’ai compris que je m’étais entretenu avec deux hommes différents en une seule personne. Le premier, un homme à qui le sort a donné une chance de sauver son pays, et le second, un illusionniste capable d’entrer dans l’histoire comme un despote ».

Interview : Audrey Bastide

Quelque peu préoccupée par la sortie du magazine Les Nouvelles de Kaboul, Audrey Bastide nous reçoit dans un loft du 19ème arrondissement de Paris, au siège de l’association Aïna, et prend le temps de nous parler de l’ONG et de la mission que s’est fixée le photojournaliste Reza.

Presse, culture, éducation, communication. Ce sont autant de domaines auxquels semble s’intéresser Aïna. Quelle véritable mission Reza s’est-il donné en créant cette association ?
Reza a crée Aïna en 2001, en parallèle de son métier de photojournaliste, notamment pour National Geographic et dans le cadre de missions préparées par les Nations-unies.
C’est une association humanitaire de troisième génération qui participe à l’émergence de la société civile par des actions dans les domaines de l’éducation, de l’information et de la communication, en particulier auprès des femmes et des enfants. Le souhait le plus cher de Reza et de nos équipes est de favoriser le développement de média indépendants et l’expression culturelle auprès de peuples ayant souffert.

Vous avez parlé d’Aïna comme d’une organisation humanitaire de « troisième génération ». Quelle différence avec ce que l’on peut connaître aujourd’hui ?
Les ONG dites de « première génération » sont symbolisées, notamment, par les « French doctors », à l’époque de l’engagement de Bernard Kouchner.
Ces organismes apportaient une grande aide matérielle, plus que nécessaire à ces peuples après un conflit ou une catastrophe naturelle.
Aujourd’hui, certes, les besoins matériels subsistent mais comme le dit Reza, l’important est aussi de « soigner l’âme des peuples meurtris ». On n’améliore pas les situations si on ne cherche pas à résoudre la partie moins visible. Ces peuples veulent retrouver la paix et Aïna se propose de les y aider à travers une richesse culturelle, des média libres, l’accès à différentes formes d’éducation.

Concrètement, quelles sont les actions qu’a entrepris l’association au cours des cinq années passées pour y parvenir ?
Nos équipes se sont principalement concentrées sur l’Afghanistan où ont été créés plusieurs supports de presse. On peut désormais trouver dans les rues de Kaboul, un journal pour les femmes, Malalaï, un magazine pour enfants, Parvaz [NDLR : signifie l’envol, en persan], un hebdo d’information, Kabul Weekly ; il existe aussi une radio de femmes et une radio plus ciblée vers la jeunesse afghane ; nous avons également fondé une école de journalisme à Kaboul où sont actuellement formés 1000 photojournalistes dont un tiers sont des femmes. Aïna a aussi créé un cinéma itinérant qui se déplace dans les petits villages du pays.
Aujourd’hui, la vocation de l’association est de s’étendre à d’autres pays qui ont besoin de ce développement culturel, comme le Sri Lanka ou le Rwanda.

Quels sont les soutiens et d’où proviennent les fonds pour de telles actions ?
Tout le monde peut participer à la mission d’Aïna en faisant des dons d’argent, de matériel ou en achetant les livres de Reza, par le biais du site internet de l’association.
Nous sommes également soutenus par de nombreuses personnalités du monde de la presse.
Pour le dernier numéro des Nouvelles de Kaboul, qui vient d’être mis en vente, nous avons reçu un soutien particulier de la Fondation Lévy, créée par Bernard-Henri Lévy, qui a financé le projet, mais également des journalistes comme Alain Génestar [NDLR : ancien rédacteur en chef de Paris Match], Alain Mingam [photojournaliste, actuellement membre du comité exécutif de Reporters Sans Frontières] ou encore Marc Longa [Directeur artistique de VSD]. Toutes ces personnalités ont accepté de participer bénévolement à la sortie du magazine.
Pour d’autres projets, comme celui que prépare Reza en ce moment en Ouganda, nous avons directement le soutien des Nations-unies. Ce projet consiste à remettre des appareils photos à des réfugiés ougandais pour qu’ils montrent leur vision du camp. Les photos seront ensuite exposées dans les bâtiments de l’ONU à New York.
Récemment, nous avons également lancé le projet Echo de Femmes, une radio pour les femmes, toujours à Kaboul. Nous avons reçu le soutien de dirigeants politiques français comme Nicole Ameline [ancienne ministre de la parité dans le gouvernement Raffarin] et Michèle Alliot-Marie.

Procès : Le vendeur de Bible lève la main droite…un peu fort.

L’affaire précédente à peine close, le juge, un homme quelque peu austère et libidineux, brise le silence de la 23ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris : « Affaire 8, Monsieur Ounzou, vous êtes là ? Madame Ounzou, aussi ? ».
Et le couple de s’avancer, têtes baissées, vers la barre. Ils sont africains, elle, ivoirienne, lui, béninois. Ils sont élégants, un tailleur pantalon sobre et un châle posé sur les épaules pour elle ; un costume trois-pièces sombre et une cravate rouge pour lui. L’assemblée se demande pourquoi ils sont là ; on ne peut lire aucune histoire sur leurs visages. Pas comme le précédent inculpé à qui l’on reprochait l’alcoolisme abusif et violent.

« Alors, qu’est-ce qui se passe chez les Ounzou ? » lance le juge à l’avocate de Madame, Monsieur n’ayant pas de défenseur assermenté.
La jeune femme, dans sa robe de magistrate un peu trop large, entame une diatribe larmoyante, expliquant que sa cliente a été victime de violences conjugales qui l’ont obligé à prendre « 6 jours d’ITT [Incapacités Totales de Travail] et 14 jours d’arrêt ».
Au fur et à mesure que les faits sont annoncés, M. Ounzou semble perdre son calme. L’angoisse le gagne, il interrompt l’avocate : « Je ne suis pas de nature violent, M. Le Président, je ne bois pas, je ne fume pas ». Le juge lui demande de se taire et d’écouter, sa voix forte faisant mentir la mauvaise acoustique de la pièce.

A ce moment-là, la situation de M. Ounzou s’aggrave. Le juge brandit les photos illustrant les violences dont a été victime la jeune femme. « C’est l’effroi, ces photos, Monsieur…traumatisme crânien ? Hématomes ? Il n’y aura pas d’excuses pour vous, M. Ounzou ».
Le prévenu s’énerve, il trépigne, on dirait un lion en cage. Pour se défendre, il explique qu’il fut vendeur de Bibles à Cotonou. Raté, le juge lui tombe encore dessus en lui demandant comment un homme de religion avait pu agir avec une telle violence.
« En tant que prédicateur de l’Evangile, je laisse ce jugement à celui qui nous jugera tous » clame-t-il en pointant le ciel du doigt.
Une fois de plus, le juge recadre ses propos : « Enfin, en attendant, je dois vous juger avant lui ». La salle rit, le prévenu aussi.

Le procureur prend la parole, du haut de son parloir, résume les faits et conclue en faveur de la victime : « M. Ounzou est coupable des faits qui lui sont reprochés. La cour requiert trois mois de prison avec sursis ainsi que le paiement de dommages et intérêts à fixer ultérieurement. »
Pendant quelques minutes, le président de la Chambre se retire et revient pour approuver le réquisitoire. Le couple laisse la place à l’affaire suivante, chacun n’osant lever les yeux.

Fourrures, cigares et autres mondanités.

Dés la sortie du métro Kléber, manteaux de fourrure et costumes chics s’empressent d’allumer une dernière cigarette avant de pénétrer le bâtiment. Un…deux… ce sont ces cinq armoires à glace qui accueillent les invités à l’entrée du Centre de Conférence internationale.
Ambiance seizième arrondissement : « Bonsoîîîr, comment allez-vous ma chère ? » peut-on entendre fuser dans l’écho de cet immense hall où se pressent chefs d’entreprise et autres mécènes avant de rejoindre la salle de projection.

Tout le monde chuchote et fait ses pronostics sur l’arrivée prévue de Michèle Alliot-Marie. On distingue sur le visage des membres de l’Association Aïna, inspectant la bonne mise en route de la soirée, une inquiétude mêlée d’excitation. La salle est pleine, chacun cherchant à se placer dans l’objectif des quelques photographes présents. Et les convives de soudainement se lever et d’entamer une salve d’applaudissements quand la ministre, engoncée dans un tailleur qu’on lui qualifierait de sobre mais élégant, fait son entrée. Elle s’assoit et la séance de projection peut enfin commencer.

Lorsque les lumières se rallument, on découvre le visage de celui qui commentait le court-métrage. C’est lui, Reza, ce photographe grand par sa renommée mais finalement, un tout petit homme, au teint mat et à la moustache fine. Il fait honneur à son pays, l’Iran, dans son costume traditionnel, d’un noir élégant, au charme discret.

D’un pas d’assoiffés, les convives se précipitent vers une salle majestueuse, aux plafonds ornés de moulures et de dorures. Les bouchons de champagne sautent, les assiettes s’entrechoquent, les hôtes virevoltent d’un invité à l’autre, les flashs ne cessent de surprendre.

Kant, ou l’usage public et l’usage privé de la raison selon Robert Redeker.

Un an après le tollé qu’avait provoqué la publication des caricatures de Mahomet dans le quotidien danois Jyllands-Posten, une nouvelle affaire relance le débat sur la liberté d’expression et le caractère jugé islamophobe de propos tenus.
Il s’agit, cette fois-ci, de la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui ce professeur de philosophie toulousain à la suite de la publication d’un article intitulé « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? ».

Ce 19 septembre 2006, Robert Redeker, enseignant dans un lycée de la banlieue de Toulouse, publie une tribune dans les pages « Débats » du Figaro dans laquelle il critique l’Islam et décrit le prophète Mahomet comme un « maître de haine « ou encore « un chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame », comme le rappelle Le Monde dans son édition du 1er octobre dernier.
Depuis la parution de ces propos, Robert Redeker est menacé de mort et placé sous haute protection policière. « C’est difficile car il faut demander aux autorités de sortir, de faire un tour, de me détendre » explique-t-il aux journalistes du Nouvel Observateur, dans un article publié le 16 novembre, à la suite de la soirée de mobilisation organisée en soutien à Redeker.
En effet, de nombreuses fatwas ont été lancées contre l’auteur à l’initiative d’un « cheikh islamiste » comme le rappelle un article de soutien paru dans ces mêmes pages « Débats » du Figaro du 15 novembre.

De nombreuses personnalités ont participé à cette soirée de soutien qui se tenait à Toulouse le 15 novembre. Parmi elles, des philosophes (Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut), des journalistes (Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, lui-même en procès pour la publication des caricatures de Mahomet, comme le rappelle Libération) mais également de nombreux membres d’associations tels que Mohamed Arbi (vice-président de « Ni Putes Ni Soumises ») ou encore Dominique Sopo (« SOS Racisme »).
Le quotidien du soir Le Monde reprend également le message de soutien prononcé Dominique de Villepin dans lequel le Premier Ministre prend fermement la défense du professeur : « Nous sommes dans une démocratie, chacun doit pouvoir s’exprimer librement dans le respect des autres ».
Dans un entretien donné sur France 2 le soir même, l’enseignant s’est dit très touché par cette mobilisation qui « grandit chaque jour » et souhaite être « le dernier à qui pareille mésaventure arrive ».

« Le politiquement correct menace-t-il le monde philosophique français » ? s’interroge L’Express. Libération, dans son édition du 16 novembre, rappelle que « c’est une tradition locale de blasphémer. Il ne faut pas s’en passer ».

Don't judge the guy by his look.

Here he comes, swimming in washed-out baggy pants and hidden under a grey-striped bonnet. A few locks from his brown curly hair sticking up from under his hat enclose his large sky-blue eyes. He has circles under his eyes. He may have sleeping problems.
He seems to be the kind of low-profile guys. The kind that blushes whenever someone talks to them. The bumbling kind.

That guy, this is Benoit. Lives far from Paris; takes the train every morning, every evening; previously studied anthropology, graduated in European politics; fancies indie rock; likes to party.
Who would have thought that this 5’6” tall guy, looking so shy was actually a sociable party-man, caring, interested in many various items from French fries to foreign government members? Don’t hesitate to ask him which Chinese restaurant makes the best raviolis or who the current minister for religious cult, he will probably be glad to help you.

Benoit is garrulous but he is someone worth listening. He grew up as grew his love for chosen words. He’s got repartee and can sometimes be cynical but in a respectful way. He can mingle with every kind of people and soon become an indispensable member of a group, without pretension or hypocrisy. He is a bit liable but who isn’t?

Sensitive, handsome, interesting, affectionate, this would be a rather accurate description of who might be the perfect friend. Benoit is definitely up for the challenge.
However, there is something I could blame Benoit for…my girlfriend shares the same opinion about him!

Chine - Afrique, un mariage de raison ?

Le troisième sommet sur la coopération sino-africaine se déroule cette semaine à Pékin. Plus de quarante dirigeants africains se sont rendus dans la capitale chinoise afin de sceller l’alliance entre les deux zones.
La presse française s’est largement emparée de cette actualité.

L’Humanité rapporte que les dirigeants chinois ont déroulé le « tapis rouge pour les dirigeants africains » et insiste sur le fait que Pékin cherche plus un « appui politique » qu’une seule coopération économique. En effet, le quotidien revient sur le fait que l’Afrique est « peu en mesure de l’interroger sur ses propres performances en matière de respect des droits de l’Homme ».
En deux brèves, La Croix et Le Monde reprennent les principales mesures que compte entreprendre le Président chinois Hu Jintao sur le continent africain. Les deux quotidiens évoquent notamment les contrats commerciaux que les deux zones sont prêtes à signer conjointement ainsi que l’aide financière que va apporter l’Empire du Milieu.
Libération titre sur le « bon partenaire » que sera Pékin pour l’Afrique. L’accent est notamment mis sur la notion de non-ingérence, politique au cœur des discussions entre les deux partis. En effet, les dirigeants africains se sont vus rassurés par Pékin quant à la politique de non-ingérence. Le quotidien évoque également la question du Darfour, qui n’était pas inscrite à l’agenda de ce sommet, et revient sur le fait que la Chine y refusait toujours une intervention des Casques bleus.
Enfin, Le Figaro propose une analyse plus complète de la situation dans son dossier « Pékin, capitale de l’Afrique pour trois jours ». Les enjeux économiques y sont clairement détaillés et particulièrement les rapports commerciaux entre la Chine et la Côte d’Ivoire.

Pauline: la force tranquille...19/10/2006

Ils ont quitté les côtes atlantiques, leur Poitou et leur Vendée natales pour traverser la France et découvrir Nancy, mélange de « vieille ville » et de « ville neuve » qu’avait projeté Charles III.
C’est là, entre la Place Stanislas et le Parc de la Pépinière, que Pauline, la seconde fille de ces heureux parents, verra le jour, un certain 16 avril 1983.
Elle y a non seulement poussé son premier cri mais elle y a aussi vécu pendant plus de 20 ans. Cette ville, elle l’aime, elle en parle volontiers et y garde, fidèlement, des amis de toujours.

Pauline grandit et l’amour des mots, des livres grandit avec elle. Elle se définit comme « une littéraire dans l’âme », dévore les classiques et envisage même une carrière dans l’enseignement. Mais elle a l’impression de s’engouffrer dans une voie qui ne lui ressemble pas. Et puis la bonne parole maternelle et sa passion pour les sports lui indiquent un nouveau chemin, celui du journalisme sportif. Pourquoi pas, elle qui troque volontiers un Balzac contre un kimono, une raquette ou un Grand Prix de Formule 1.

Mais en 2004, ce parfait équilibre va changer. La santé de sa maman se dégrade, une fois de plus, sans prévenir. Beaucoup se seraient découragés, auraient fui mais chez les Ranger, on se bat, on fait face. Pauline et son papa, mais aussi Emilie l’aînée, se découvrent des liens encore plus forts qu’ils ne l’auraient imaginé. C’est sûrement grâce à cela que sa maman s’est vite remise, entourée de l’amour des siens.
Pour Pauline, c’est une révélation, celle qui tend à se dire que la vie est courte et qu’il faut en profiter. Alors elle quitte Nancy et traverse la Manche pour le Pays de Galles. Elle s’y construit une vie à elle, entourée d’Italiens ou d’Allemands.

A son retour, c’est à Paris qu’elle pose ses valises et qu’elle continue son chemin vers ce but qu’elle s’était fixée quelques années auparavant, devenir une grande journaliste…peut-être pas dans le domaine sportif, cependant !